Kisangani : Quand la colère de la nature frappe la ville

Lecteur TRINITY

Kisangani : Quand la colère de la nature frappe la ville.

Le fleuve Congo est en crue dans la ville de Kisangani. Cette montée des eaux vient avec son cortège des malheurs en cette période qui va d’octobre jusqu’à décembre voire janvier de chaque année au chef-lieu de la province de la tshopo. Selon la RTNC kisangani, déjà après quelques jours, plusieurs maisons d’habitations sont sous les eaux provoquant ainsi des déplacés. Les quartiers Lokele et Kasaï dans la commune Lubunga, par exemple, restent les plus frappés par cette inondation. La source ajoute que les pêcheurs ont du mal à exercer leurs activités à cause du courant des eaux du fleuve. Les pirogues et autres embarcations de fortunes en provenance de l’aval du fleuve ont d’énormes difficultés pour atteindre la ville de Kisangani, situation qui crée la rareté de certains produits ainsi un gobelet du riz qui se vendait à 500 francs congolais est passé à 600 voire 700 francs congolais et une bouteille d’huile de palme de 500 à 700 francs congolais.
Le malheur ne venant jamais seul, un de deux groupes opérationnels à la centrale hydroélectrique de la tshopo est tombé en panne plongeant ainsi les trois quarts de la ville de Kisangani dans le noir.

Les dépêches de la tshopo
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *