Tshopo : Le rapport MAPPING soulève tout un peuple désormais

Lecteur TRINITY

Tshopo: le rapport MAPPING soulève tout un peuple désormais.

C’est sous une forte pluie qui a arrosé la ville de Kisangani toute la matinée de ce mardi 10 novembre 2020 que les habitants de cette ville (au nord-est de la .RD Congo) se sont déplacés dans la commune de la Tshopo. Précisément en la paroisse catholique Saint Joseph Artisan, en un culte oeucuménique pour réclamer la justice suite aux crimes, massacres, et autres exactions que la République démocratique du Congo a connus depuis les années 1994. Professeurs et enseignants d’universités, professionnels de droits, de santé ainsi que les anonymes ont répondu à l’appel de la Synergie MAPPING-Tshopo.

Environs 800 personnes ont pris part à ce culte, avec une présence remarquable des victimes des guerres de Kisangani dont la majorité des femmes.
Mgr François Mwarabu de l’Eglise Catholique en ouvrant ce culte a indiqué à l’assistance que « si le Congo n’a pas encore retrouvé la paix, c’est parce que la justice n’a jamais été dite sur les guerres qui se sont passées ». Ce qui a poussé Mgr Samuel LOTIKA, président de l’Eglise du Christ au Congo à la Tshopo, dans son homélie, d’inviter la population à tourner le dos à la culture de passivité. L’homme de Dieu voulait juste demander à chacun des congolais de se tenir debout pour dire non à l’impunité des exactions perpétrées dans ce pays.
Pour la communauté musulmane de Kisangani représentée par le Sheikh ONGALA, c’est au Président Felix Antoine Tshisekedi que revient la responsabilité de demystifier le rapport MAPPING pour qu’on rende justice aux victimes, dont la mosquée centrale de Kisangani, la plus grande du pays, garde ls effets de ces guerres, 20 ans après.
Une marche est partie de la paroisse St Joseph de la Tshopo, jusqu’au gouvernorat de province. Après environs 3 km de marche pacifique sous l’encadrement de la police, un mémorandum adressé au chef de l’Etat congolais a été lu et remis au gouverneur de la Tshopo, Louis-Marie WALE LUFUNGULA.

Dans ce document de 3 pages, la synergie MAPPING-Tshopo exige que les présumés auteurs de tous ces crimes soient connus et jugés. « Votre engagement affiché et revendiqué pour lutter contre l’impunité et bâtir l’État de droit qui garantisse les droits humains: vous encourageons très vivement et vous exhortons urgenment à saisir le conseil de sécurité des nations unies. A l’occasion du 10e anniversaire du rapport MAPPING, c’est le moment de demander la création d’un tribunal pénal spécial pour la RDC.
Le professeur Alphonse MAINDO dans sa lecture espère que en tant que chef de l’État congolais, il est capable de  » sortir rapidement le rapport MAPPING des tiroirs poussiéreux en saisissant formellement l’ONU pour demander la création de ce Tribunal spécial pour les crimes commis en RDC et la publication de la liste des auteurs présumés des crimes répertoriés.

Il ajoute que cette instance judiciaire permettra « de penser les tragiques plaies toujours fraîches car continuellement remuées par chaque nouveau crime et de contribuer à la réconciliation sincère de la nation, entre les peuples et entre les pays des Grands-Lacs pour une intégration nationale et régionale,.harmonieuse ».

Rédaction
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *