Tshopo : Table ronde sur la gouvernance de la filière de charbon de bois, makala

Lecteur TRINITY

Tshopo : Table ronde sur la gouvernance de la filière de charbon de bois, makala

Examiner le projet de la feuille de route sur la gouvernance de la filière charbon de bois, identifier les alternatives à la dépendance au bois-énergie pour approvisionner les ménages et réduire la pression sur la forêt et valider ce projet de la feuille sont entre autres les objectifs des travaux de la table ronde sur la gouvernance de la filière makala dans la province de la Tshopo. Ces travaux de deux jours ont été lancé ce jeudi 29 octobre 2020 au centre d’accueil Joli rêve à Kisangani par le vice Gouverneur de la province, Maurice Abibu Sakapela Bin Mungamba. Ils sont organisés par le World Resources Institute, WRI, grâce au financement de la Fondation Good Energies.
Dans son mot d’ouverture, le vice-gouverneur a déclaré que la tenue de cette table ronde apportera un plus dans la gestion des forêts en province de la Tshopo.
De son côté, Mme Angel Cibemba, spécialiste de communication de WRI pour l’Afrique centrale et de l’ouest, a, au nom du Directeur pays de cette Organisation internationale réitéré leur engagement à accompagner le gouvernement congolais avec d’autres partenaires techniques et financiers dans la gestion des ressources naturelles. Elle a aussi présenté de manière succincte les résultats des recherches menées par le consultant :

  • le secteur du charbon de bois est largement informel et soumis à une gouvernance qui nécessite des améliorations ;
  • bien que les responsables provinciaux sont conscients de l’impact négatif de la production de charbon de bois sur les forêts, le secteur de Makala ne figure pas encore dans leurs priorités ;
  • la plupart des agences provinciales ne maîtrisent pas les problèmes en rapport avec la chaîne d’approvisionnement du charbon de bois afin qu’ils puissent y apporter des solutions appropriées ;
  • les conflits interinstitutionnels et les ambiguïtés sur les rôles persistent entre certaines entités ;
  • De nombreux organismes n’ont pas des capacités et des moyens nécessaires pour effectivement faire valoir leurs responsabilités juridiques ;
  • une fiscalité informelle qui occasionne les conflits et la méfiance entre les entités publiques et le secteur privé, ainsi que la résistance au changement des acteurs bénéficiant de la fiscalité informelle.
    Rappelons que cette table ronde réunie près d’une cinquantaine d’acteurs de diverses catégories : étatiques, délégués des organisations de la société civile, des producteurs, transporteurs et/ou vendeurs de charbon de bois.

Frok
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *