Tshopo : La société civile menace de traduire en justice deux entreprises forestières

Lecteur TRINITY

Tshopo: La société civile menace de traduire en justice deux entreprises forestières.

Les organisations de la socité civile du secteur environnemental, avec à leur tête le cadre de concertation Provinciale de la société civile de la Tshopo, s’insurgent contre ce qu’elles qualifient d’irrégularités constatées dans les clauses sociales du cahier de charge signé entre les exploitants et les communautés riveraines. Il s’agit ici, selon cette declaration dont depechesdelatshopo.net a reçu copie, des entreprises forestières CFT et BEGO.


Ceci fait suite aux alertes effectuées dans les concessions forestières de la CFT et BEGO par l’administration forestière de la province de la Tshopo. Ceci rentre dans le cadre du projet « suivi en Temps Réel des activités forestières » menées par les ONG GASHE (Groupe d’Action pour Sauver l’homme et son Environnement) et OCEAN (Organisation Congolaise des Écologistes et Amis de la Nature) qui accompagnent les communautés locales à l’utilisation de ForestLink pour la surveillance de leurs forêts respectives.


Selon Alphonse Longongo, président du cadre de concertation Provinciale de la société civile de la Tshopo, s’insurge contre les entreprises qui exploitent les forêts généralement en dehors des prescrits des lois, notamment en ne prenant pas en compte les avantages légaux reconnus aux communautés locales. Ce qui est à la base des frustrations des populations riveraines.
La dénonciation de cette structure fédératrice des organisations de la société civile intervient une semaine après la publication des résultats de la mission conjointe de verification effectuée dans les deux concessions forestières dont les recommadations n’ont pas trouvé echo favorable de la part de ces exploitants industriels.
Le cadre de concertation provincial demande à l’administration forestière de diligenter une mission de contrôle forestier avec la participation de la société civile non seulement dans les deux concessions forestières concernées, mais aussi dans toutes les autres exploitations forestières sur l’ensemble de la province de la Tshopo.
Il exige que le Parquet soit saisi par l’administration provinciale de l’environnement en esperant des sanctions à l’égard des auteurs des illégalités constatées.


La société civile de la Tshopo demande aux autorités politiques et administratives, voire militaires d’endiguer le trafic d’influence en faveur des concessionnaires; de s’interdire de s’immiscer dans le domaine de l’exploitation des bois plutôt que ces responsables publics facilitent la participation de la société civile dans les processus de réforme de la politique et loi forestières.
Cette invitation s’adresse aussi aux concessionnaires forestiers pour qu’ils respectent les lois du pays en la matière. Ils sont dans l’obligation légale de mettre en oeuvre et finaliser les différentes actions convenues avec les communautés dans les clauses avec ces dernières, surtout qu’ils facilitent les missions conjointes de contrôle forestier.


Voilà pourquoi, le cadre de concertation procinciale de la société civile de la Tshopo prone pour ce faire le renforcement des capacités des OSC sectorielles sur les techniques d’accompagnement des communautés riveraines; qu’elles fournissent plus d’efforts dans l’accompagnement des communautés sur le suivi des activités forestières sans oublier le plaidoyer en faveur des communautés riveraines victimes auprès des décideurs publiques du secteur forestier. En cas de force majeur, d’initier et soutenir les actions en justice en faveur des communautés locales contre les auteurs des infractions forestières
Ces actions qui visent à remettre les populations forestières dans leurs droits, ne peut connaitre du changement que si les communautés riveraines sont solidaires pour garantir les intérêts généraux de leurs entités.

Rédaction
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *