Haut-uele : La médecine pygmée défie-t-elle les structures de santé !

Lecteur TRINITY

Haut-uele: La médecine pygmée défie-t-elle les structures de santé !

Dans une conférence-débat animée samedi 31 octobre à Institut supérieur des techniques médicales, ISTM Isiro, le chef de travaux Félix Armand Fufulafu, le secrétaire général académique de cet alma mater alerte les autorités sur la montée en puissance de la médecine traditionnelle pygmée au détriment de la médecine moderne.

Selon le chercheur Fufulafu, qui s’est rendu dans le territoire de wamba pour l’investigation, constate que la pharmacopée pygmée gagne de plus en plus la confiance de la population au détriment de la médecine moderne, note depechesdelatshopo.net.

L’orateur révèle une liste des maladies pour lesquelles les soins administrés par les tradi-praticiens pygmées attirent les patients. Il s’agit notamment des maladies physiologiques et « mystiques », à savoir la lombalgie, les hémorroïdes, maux d’estomac, la rate, des fractures, poison et morsure du serpent, la faiblesse sexuelle, les Infections Sexuellement transmissibles, infecondité, épilepsie, absces, diarrhée, mycose, diabète, anémie, paludisme, carrie dentaire, myopie, asthme, filariose, ainsi que les mauvais sort, de fétiche y compris les malédictions des marabouts.

Notre source ajoute que certains les exploitants miniers recourent aux services de Pygmées afin d’obtenir un meilleur rendement dans leurs activités économiques ou minières.

Le traitement se fait sur base de differents canaux dont la macération, décoction, tisane et cendre et la mode d’administration de soins s’effectue par voie orale, massage, instillation, bain, vapeur fumigation et cataplasme.

Pour ce qui est des recettes, Fufulafu note la présence de feuilles, tiges, écorces, racines, des fruits, sève, de fois des plantes entières ainsi que les restes des animaux qui sont utilisés dans le campement pygmée pour soulager la souffrance des patients.

Facture accessible

Le paiement des soins administrés par les Pygmées s’honore de plusieurs manières sans beaucoup de contraintes au patient ajoute notre source, il peut s’agir d’une remise de cadeaux, le paiement en argent comme en nature, ou l’échange d’un service voir aussi l’établissement des liens d’amitié entre guérisseur Pygmée et son client. L’accessibilité aux soins traditionnels consolide les liens sociaux entre les peuples bantou soudanais et Pygmée dans le territoire de wamba, indique l’orateur.

Cependant, l’enseignant Fufulafu se dit scandalisé par les erreurs médicales qui se font en longueur de journée par les tradi-praticiens pygmées sans être inquiètés par les autorités compétentes « aucun pygmée n’a jamais été arrêté par les agents de l’ordre pour avoir causé mort d’homme suite à ses actes, que ça soit pour le traitement de soins ou viol sur mineurs parce qu’ils s’échangent des filles à l’âge de 7 à 9 ans », s’indigne t-il.

Outre la performance du traitement traditionnel pygmée, le chercheur fait savoir qu’une frange de ce peuple fréquente les structures sanitaires modernes dans cette partie du Haut-uele. Les arrangements tarifaires sont faits suite aux difficultés financières de ce peuple. C’est le cas de l’agglomération de Bayenga et à Babonde où l’hospitalisation pour un pygmée est facturée à sept bouteilles d’huile de palme, accouchement à 15 bouteilles, 25 bouteilles (ou un bidon d’huile de palme) pour l’intervention chirurgicale, a-t-il conclut.

Les dépêches de la Tshopo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *