Tshopo/ Isangi : Le pire est à Ilambi( Me Etukumalo)

Lecteur TRINITY

TSHOPO/ ISANGI: LE PIRE EST À CRAINDRE À ILAMBI ( ME ETUKUMALO.
Dans son message d’alerte, Maître Achille Etukumalo, natif d’Isangi vivant à Kinshasa décrit la situation sécuritaire qui se dégrade quotidiennement ce dernier temps à Isangi, territoire de la province de la tshopo. Il s’agit plus précisément dans le groupement d’Ilambi en chefferie Kombe qui a été marqué la semaine passée par des troubles de l’ordre public au marché de Yafira, aux villages d’Ilambi et de Lionga, provoqué par le conflit autour du pouvoir coutumier.

Informé de la situation, écrit-il, le Gouverneur de province a dépêché son ministre provincial de l’Intérieur pour rétablir l’ordre troublé.
Et d’ajouter : « Nous remercions très vivement et félicitons l’autorité provinciale pour son attention toute particulière accordée à sa population de ce coin de la province. Mais, nonobstant le passage du ministre, la situation reste tendue. Le greffier du chef de groupement assume l’intérim. Les semeurs de trouble armés d’armes blanches continuent à garder toujours le contrôle du village Ilambi, le chef lieu du groupement. Les victimes des maisons incendiées (sinistrés) dorment à la belle étoile, sans rien à mettre sous la dent. »

Enfin, il recomande à l’autorité provinciale la prise en charge urgente de ces victimes, comme promise par le ministre Phillipe Aluta lors de son passage dans ces villages. Aussi, il demande à la même autorité de mettre fin rapidement au conflit par l’installation prochaine de la personne habilitée au poste de chef de groupement d’Ilambi en territoire d’Isangi. Et que les fauteurs de trouble de l’ordre public soient traqués, poursuivis et châtiés sévèrement par la justice pour servir de leçon et décourager de telles pratiques dans l’avenir.
Au regard de la gravité des faits, Maître Achille Etukumalo souhaite qu’il soit envoyé sur terrain la force de l’ordre (PNC et/ou FARDC) pour rechercher ces rebelles qui ont tous fui lors du passage du ministre. Car, l’autorité de l’Etat est en péril dans ce coin du pays.

Il convient de rappeler que l’ancien chef de groupement précité a été déchu par la hiérarchie au profit de l’ayant droit. Mécontent de la décision, l’ancien chef (déjà entre les mains du procureur à Yangambi) voudrait reconquérir le pouvoir par le coup de force. Ce qui a provoqué mort de 5 personnes, plusieurs blessés, portés disparus et 21 maisons incendiées, indique la même source avant de conclure que le pire est à craindre.

FROK
Les dépêches de la tshopo
+243 812706115

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *