Kisangani : Groupe Lotus propose deux journées des victimes des guerres d’agression.

Lecteur TRINITY

KISANGANI: GROUPE LOTUS PROPOSE 2 JOURNÉES DES VICTIMES DES GUERRES D’AGRESSION.

A l’occasion de la commémoration du 18 ème et triste anniversaire du massacre de Kisangani, le président du Groupe Lotus et vice-président Honoraire de la fédération internationale des droits de l’homme s’est entretenu avec la presse.
A partir de Kinshasa où il séjourne, Dismas Kitenge Senga formule des recommandations aux autorités par rapport à la situation qu’a connue la ville de Kisangani pendant le moment sombre de l’histoire de la RDC notamment la guerre de six jours et celle de trois jours où les armées ruandaise et ougandaise se sont affrontées au chef-lieu de la province de la tshopo.
Au gouvernement de la république, au parlement et à la justice de la rdc, il recommande entre autres la reconnaissance de ces crimes, la constitution d’une commission d’enquête et aussi des actions concrètes dont la plus forte symboliquement est l’institution de la journée nationale de la commémoration des guerres d’agression qui peut être fixée le 5 juin, date qui marque le début de la guerre de six jours à Kisangani ou encore le 10 juin, date de la fin de ladite guerre.
Quant au gouvernement provincial de la tshopo, il doit instituer une journée provinciale des victimes des rébellions à Kisangani.
Mais auparavant, cet activiste des droits humains déclare : »
14 mai 2020, il y a 18 ans jour pour jour qu’il y a eu ce grave massacre des civils à Kisangani que nous memes et nos organisations avions dénoncé, documenté et rapporté au monde au risque de nos vies pour que ces crimes contre l’humanité, crimes de guerre ne restent impunis.Nous étions recherchés, pourchassés et nos vies en danger au point que nous entrames en clandestinité pendant plusieurs semaines. Ces crimes ne peuvent jamais rester oubliés ni impunis.
Ce combat ne peut jamais etre ignoré, non plus s’arreter. »

Et Dismas Kitenge Senga de poursuivre :  » Nous et la génération actuelle des défenseurs des droits humains et celle à venir devrons honorer la mémoire de ces nombreuses victimes et exiger que les auteurs de ces crimes odieux répondent de leurs actes devant l’histoire. »
FROK
Les dépêches de la tshopo.
+243812706115

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *