Coup de projecteur sur la tshopo, commune Matonge internationale.

Lecteur TRINITY

COUP DE PROJECTEUR SUR LA TSHOPO, COMMUNE MATONGE INTERNATIONALE.

Dans le souci de faire connaître aux internautes les entités territoriales décentralisées et déconcentrées de la province de la tshopo, depechesdelatshopo.com propose une série des cartes postales. Après le territoire de Basoko et la chefferie Yalingo en territoire d’Opala, c’est le tour de l’une de six communes de la ville de Kisangani. Il s’agit de la commune tshopo, appelée aussi commune Matonge internationale. Bientôt, six ans, elle est dirigée par le bourgmestre Didier Lomoyo Iteku.
Voici par ailleurs ce qu’est cette entité.

La commune Tshopo résulte de la scission de l’une des entités de l’ancien centre-Extra coutumier (CEC), à savoir Belge I qui englobait, depuis le premier janvier 1955 en vertu de l’ordonnance No. 12/357, les actuelles communes Mangobo et Tshopo.
Ces entités du CEC étaient ; Belge I, Bruxelles (actuelle commune Kabondo) et Belge II (actuelle commune (Lubunga).
La commune Tshopo a alors été instituée conformément à l’arrêté Ministériel No. 068/062 du 04 mai 1968.

Le siège administratif de cette municipalité est implanté sur l’avenue des chutes No.9, bloc des anciens combattants, au quartier du stade (à proximité de l’hôpital général de référencé de la Tshopo).

Elle est limitée :

  • A l’est par la commune Makiso et le territoire de Bafwasende,
    -A l’ouest : par les communes Makiso, Mangobo et le territoire d’Isangi.
    -Au nord par la Route Buta vers le territoire de Banalia.
    -Au Sud: par la commune Makiso.

La commune Tshopo s’étend sur une superficie de 568km2.
L’évolution de la croissance de la population indique une densité de 200 habitants au km2 pour un total de 117.711 âmes( statistiques de 2017) qui vivent dans les 12 quartiers répartis dans 49 blocs et 218 avenues.
La commune tshopo compte un hôpital général de référence, 30 centres de santé, une trentaine d’écoles maternelles, primaires et secondaires.

Selon le bourgmestre Didier Lomoyo Iteku, l’économie de cette entité repose sur le petit commerce et l’agriculture pratiquée dans les quartiers périphériques comme Kapalata, Mbilinga et Kandolo. Le bois est également exploité dans la périphérie de cette commune par des gros et petits exploitants. De même, l’or et le diamant sont exploités dans quelques foyers miniers à Mbilinga et Kandolo. Mais, ce sont surtout les petits marchés qui alimentent l’entité en recettes journalières.

La commune Tshopo abrite aussi le barrage hydroélectrique qui fournit de l’électricité à toute la ville, l’usine de traitement d’eau de la Regideso, et la Bralima.
La forêt est également exploitée fortement pour la transformation du bois en charbon. La pêche se pratique à petite échelle sur la rivière Tshopo.
Le stade Lumumba, une des infrastructures publiques de la province, est située dans la commune Tshopo, de même que le centre de formation et d’instruction des policiers : Kapalata.

Selon une publication de Professeur Clément Mangubu Lotika intitulé « Tshopo dans ma poche », un rapport de colonie dresse en 1941 indique que la cité de Belge I (devenu commune Tshopo) fut dirigée successivement par :
1.Kalonda Antoine, un ex catéchiste;
2.Matala (mort en 1923)
3.Tanganiki, (révoqué en 1936)
4.Lengema césar, a partir du 26 mai 1936.

Ci-dessous, les bourgmestres ayant dirigé la commune Tshopo.

1.Isomela shaoki David 1968
2.Mbalanga Aubin 1969
3.Bendesana Lusambo 1970
4.Likunde Bolekaleka 1971
5.Mangombe Lufungula 1972
6.Binti Darabu 1973
7.malwasa Makumaya 1973
8.Kilolo Tiamimbamba 1975
9.Muwawa Kendo 1976
10.Kasongo Dikenene 1976
11.Myango zulu 1977
12.Lonia Busubusu 1979
13.Dipo Bongwalotchaie 1982
14.Kalonda Libanda 1987
15.Abedi Kapepula 1987
16.Kayumba Bilembia 1988
17.Bongeli Olikulu 1989
18.Kasusula Nzalaye 1992
19.Poyepoye Willy 1997
20.Yangoy Epupwa 2000
21.Benda Malio 2002
22.Osumaka Lofanga 2005
23.Shuwa Bosusu 2007
24.Mosunga Godelive 2009
25.Angalia Lombomba Nestor 2011
26.Lomoyo Iteku Didier 2013 à nos jours.
A noter que Tshopo est appelée Matonge internationale, car, elle a forte ambiance avec la présence de beaucoup de débits de boissons. Cela pousse la majorité des boyomais d’y passer leur moment de loisirs et divertissement.
Reste à savoir si elle garde encore le même statut avec la conjoncture actuelle.
Les dépêches de la Tshopo
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *