Tshopo : Les OSC persistent : » le Centre Carter doit rétablir la vérité sur la sélection du consortium DFJ-BDH ».

TSHOPO : Les OSC persistent : « le Centre Carter doit rétablir la vérité sur la selection du consortium DFJ-BDH ».

Au terme des contacts avec le Centre Carter, l’ambassade du Canada et les représentants du consortium DFJ-BDH, les organisations membres du cadre de concertation provincial de la société civile de la tshopo se sont encore retrouvés le mardi 8 octobre 2019 à Kisangani en vue d’échanger, analyser profondément et suivre le dossier de la sélection du consortium composé des organisations dites « fictives » en province de la tshopo à savoir Dynamique des femmes juristes (DFJ) et Brigade des droits humains (BDH).
Dans le communiqué de presse sanctionnant la fin de la rencontre, les organisations de la société civile de la tshopo persistent et signent. Elles reviennent sur les mêmes griefs se trouvant dans le communiqué du 1er octobre 2019. Pour elles, « ce consortium composé d’OSC fictives dans la province de la tshopo a été monté de toutes pièces rapidement pour le besoin du financement canadien du projet Voix et Leadership des femmes en RDC ».
Griefs que réjettent en bloc le consortium (DFJ) et (BDH) dans leur mise au point.
Le communiqué des organisations membres du cadre de consertations de la Tshopo rapporte que « les prétendants représentants dudit consortium ayant fait leur apparition médiatique le 6 octobre 2019 sont constitués d’une part des acteurs politiques qui ont concouru aux élections du 30 décembre 2018 sous le label des partis politiques et d’autre part des acteurs sociaux inconnus de la société civile de la tshopo ». Elles precisent même que madame Claudine Tshongo présentée sur le site du projet VLF, comme responsable du consortium DFJ-BDH est une actrice de la société civile du Nord-Kivu connue et reconnue comme coordonnatrice de la DFJ par les acteurs de la société civile du Nord-kivu et par divers partenaires de cette province contacté par les membres du bureau de cadre ce concertation, sous la houlette de son président Alphonse Longongo.
Les tentatives de despechesdelatshopo.com pour joindre l’incriminee afin d’avoir sa version des faits n’ont pas encore abouti.
Tout en restant ouvertes au dialogue constructif et à une solution pacifique et consensuelle pour le bien des populations beneficiaires des actions du projet VLF en RDC en général et dans la province de la tshopo en particulier, les OSC de la tshopo s’engagent à mobiliser les différentes parties prenantes au projet VLF à savoir Gouvernement, société civile, partenaires et populations beneficiaires à corriger les anomalies constatées et rétablir la vérité.
A noter ce communiqué de presse est signé par les membres d’une cinquantaine d’organisations de la société civile de la tshopo.

Rédaction
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *