Dossier Fally Ipupa : L’image de Kisangani ternie, les boyomais révoltés.

DOSSIER FALLY IPUPA: L’IMAGE DE KISANGANI TERNIE, LES BOYOMAIS RÉVOLTÉS.

Présumé vol de biens de Fally à l’hôtel New Palm Beach

La réputation de l’hôtel salie, l’image de toute une ville en jeu : Personne n’utilise le conditionnel

Le 05 octobre 2019, l’artiste musicien congolais Fally Ipupa foule le sol de Kisangani en provenance de Kinshasa. Dans son agenda, Fally devait jouer au stade Lumumba le 05 et au New Palm Beach le 06 octobre 2019.

Du présumé vol

Selon les sources de l’hôtel New Palm Beach, le concert du 06 octobre s’était très bien déroulé jusqu’à au-delà de 1h du matin. C’est sous le coup de 2h du matin que l’artiste musicien Fally Ipupa ira calmement dans sa chambre en compagnie des membres de son entourage, clefs entre les mains d’un de ses collaborateurs. Les mêmes sources précisent qu’il eût été attribué à l’artiste musicien Fally tout un appartement au standing réservé aux hautes personnalités où la sécurité est d’une assurance sans aucun doute. Un appartement à deux portes dont toutes les clefs étaient détenues par son collaborateur bien identifié. Pendant ce temps, vers 2h du matin, c’est le même collaborateur qui ouvrît pour son patron qui se faisait accompagner par une forte délégation dont les membres venaient de la ville de Goma et de Kinshasa. Tous presque, sont entrés en chambre avec la stars. Aucun fils de Kisangani n’y était, ont poursuivi nos sources.
Le même gars qui possédait les clefs, jouait de pont entre Fally Ipupa et l’extérieur. C’est ainsi qu’il lui facilitera la tâche de recevoir une certaine Prudence qui à son tour, trouve la belle occasion de tirer des photos avec DiCaprio la Merveille dans la chambre. Celle-là aussi, curieusement, venait de la ville de Goma au Nord-Kivu. Après ce scénario, après la séance photo, Olivier et la Prudence disparaîtront.
Quelques 30 minutes plus tard, toujours selon nos sources, pendant qu’il était encore avec les gens dans sa chambre, Fally « constatera » qu’un petit sac, selon lui, contenant ses biens de valeur et une somme d’argent est porté disparu.

Il n’y a jamais eu casse de portes à l’hôtel New Palm Beach, et les deux portes de l’appartement de Fally Ipupa n’ont jamais été forcées nous ont rassurés nos sources.

De la valeur des biens dits volés

Autant de controverses alimentent la toile et les salons huppés de Kisangani tout comme ceux de Kinshasa. Selon toujours les sources de l’hôtel New Palm Beach, il y a tergiversations dans le chef de la bande à Fally. S’agissant de la somme d’argent, on a parlé d’abord de 15.000$, ensuite, de 14.700$, enfin, on vient chuter avec 14.000$. Ils parlent de 5 montres dont chacune coûterait 50.000 $ + des bijoux, sachant qu’en parlant de bijoux, on sous-entend des chaînettes, des boucles d’oreilles, des gourmettes etc. et pourtant, Fally déclarait avoir perdu ses biens de valeur estimés à 250.000$ + 14.000$.
Qui peux croire en cela déjà ? Se sont-elles interrogées.

De l’acquisition d’une chambre à l’hôtel

Dans des hôtels sérieux du monde, il a toujours été recommandé aux clients de déclarer leurs biens de valeur (déjà à partir de 11$, donc, dépassant 10$), à la réception en vue de leur sécurisation dans un coffre-fort. Ceci a toujours été mentionné et collé même aux mûrs de chambres et d’appartements avec comme titre : règlement d’hôtel. La chambre de l’artiste musicien congolais Fally Ipupa n’était pas en reste.
Grande est la surprise de tous : Fally Ipupa n’a déclaré à la réception ni montres, ni bijoux, ni 14.000$, mais crie avoir été volé et réclame ses biens à l’hôtel et à son producteur. Un grand débat.

De l’image de la ville de Kisangani

Depuis la nuit des temps, la ville hospitalière de Kisangani recevait des grands artistes venant de tous bords, le monde n’a jamais été scandalisé par un vol même d’une seule aiguille dans une chambre d’hôtel.
Pour un grand notable de la ville qui a requis l’anonymat, ce geste vise à salir l’image de la ville de Kisangani et c’est révoltant. D’ajouter que le même artiste aurait déclaré à une certaine époque que Kisangani n’avait aucun hôtel de son niveau, et aujourd’hui, il confirme son insulte contre les boyomais. Parlant de l’incident avec l’honorable Ève Bazaiba à la grande poste de Kisangani, le même notable affirme que le voleur n’était pas aussi boyomais, il venait d’une province voisine à la Tshopo. D’où, il met en garde contre tous ceux qui veulent ternir l’image de la ville de Kisangani et celle de l’hôtel New Palm Beach dans cette nébuleuse de la honte.

Un jeune leader de la ville de Kisangani a dénoncé ce qu’il appelle « tentative d’escroquerie » contre monsieur Gabriel Masudi patron du groupe MASCO dont l’hôtel New Palm Beach n’est qu’un élément par une bande de personnes bien informées de sa fortune, pourtant reçue sur fonds de la sueur. Un homme épris de sens de développement, de bonté et de paix. Gabriel Masudi, un compatriote qui a accepté de quitter le Canada pour venir investir dans son pays, particulièrement au Maniema, à la Tshopo et en Ituri, mérite respects considérations et accompagnement de tous, il ne mérite pas des pratiques qui visent à le décourager. En tant qu’homme épris de paix et de bonté, Monsieur Gabriel Masudi tentait de signer un chèque de 250.000 € en faveur de la stars, c’était sans compter avec son jeune frère India de l’OGFREM qui s’est interposé et qui a exigé les résultats des enquêtes, car il est sûr et certain que New Palm Beach n’a rien avoir dans cette forfaiture éhontée dont les auteurs abusaient de sa générosité.

Que la justice tranche équitablement.

Mbuyi Mukadi Robert / Orientales Infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *