Kisangani : MLC a 21 ans, « halte à sa diabolisation » dixit Paulin Maembo.

KISANGANI : MLC A 21 ANS : « HALTE A SA DIABOLISATION », DIXIT PAULIN MAEMBO.
30 septembre 1998-30 septembre 2019, cela fait exactement vingt et un ans depuis le Mouvement de Libération du Congo a été créé à Kisangani.
Au cours d’une interview exclusive accordée à la presse ce lundi 30 septembre 2019, le député national Paulin Maembo annonce l’organisation des manifestations commémoratives du 21eme anniversaire du MLC au chef-lieu de la province de la tshopo. Parmi les activités prévues, il cite la formation idéologique des cadres et militants, la conférence-débat et le clou des activités, c’est le grand meeting populaire à la place de la poste par le président national du MLC, l’ancien vice-président de la république Jean-Pierre Bemba Gombo.
L’honorable Paulin Maembo dénonce une campagne d’intoxication et de diabolisation contre sa formation politique qui est actuellement menée à travers les réseaux sociaux pour saboter cette célébration. C’est notamment en rapport avec les guerres de un, trois et six jours dans la ville boyomaise. Guerres ayant opposée deux armées étrangères ( Rwandaise et Ougandaise).
A ce sujet justement, le président fédéral du MLC menace : « pour des raisons de secret d’État, je me réserve maintenant. Mais si cette campagne continue, je vais citer nommément les gens dont je connais très bien leur implication dans cette période trouble ».
L’élu d’Isangi, Paulin Maembo est revenu sur la santé du parti.  » Le MLC se porte bien. Et pour preuve, aux dernières élections de décembre 2018, il a produit des députés nationaux et provinciaux ».
Notre interlocuteur s’estime fiert de la santé de sa formation politique. Parce qu’en Afrique, c’est très rare de voir que le leader du parti, absent du pays, passe plus de 10 ans en prison, la formation politique se maintient jusqu’à produire des élus », fait-il savoir.
Il ajoute que le MLC est un parti créé à Kisangani et s’est implanté sur l’ensemble du territoire national. Et les filles et fils de la tshopo ont une place de choix.
Parlant de la coalition Lamuka dont la présidence tournante revient actuellement à Jean-Pierre Bemba Gombo, ici encore l’honorable Paulin Maembo martele que dans les instances de prise de décisions de cette coalition politique, les natifs de la tshopo siègent . « Et si Lamuka était passé au pouvoir, les filles et fils de la tshopo allaient occuper les ministères de souveraineté », croit le député national Paulin Maembo.

Rédaction.
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *