Tshopo : Coprosem, une coopérative pour booster l’Agriculture.

Tshopo: Coprosem, une coopérative pour booster l’Agriculture.

Comment nourrir demain les Tshopolaises et tshopolais en quantité et en qualité ? Cette question est au centre des préoccupations du professeur Jean-Faustin Lokinda Litalema. Cet ancien député et ministre provincial honoraire se bat pour arracher les financements dans le secteur agricole.
Jean-Faustin Lokinda en séjour a la capitale congolaise, vient de rencontrer une coopérative de production des semences de qualité pour la relance de l’agriculture dans la province de la Tshopo. Une agriculture qui doit se pratiquer dans le respect des normes environnementales. A ces jours, « aucune agriculture ne peut se développer sans suivre les principes cadres de la resilience avec le changement climatique via l’adaptation », confie cet enseignant de l’Institut Facultaire Agronomique, IFA/Yangambi depechesdelatshopo.com.
Cette structure s’appelle COOPERATIVE DES PRODUCTEURS DE SEMENCES, COPROSEM en sigle. Elle vise à “contribuer au développement socio-économique durable et équitable des producteurs de semences », souligne Faustin Lokinda. Cela exige que la Tshopo dispose de semences de base de qualité à même d’augmenter la production agricole. La plus value de cette initiative c’est également parvenir à diversifier les productions semencières et un meilleur accès aux marchés.

Il est question d’augmenter les revenus de ses membres par l’utilisation d’intrants de qualité (semences de base, engrais) et l’application rigoureuse des meilleures techniques de production, de traitement et de conditionnement des semences (bulbes et graines). La COPROSEM vise aussi à Offrir des services de recherche de partenaires techniques et financiers à sos membres ainsi que des services de formation et d’information et assurer la commercialisation groupée des semences à travers une bonne négociation des prix de vente des productions. Elle envisage de mettre sur le marché locaux et d’ailleurs des semences de qualité en quantité et à un prix très compétitif, ajoute l’ingénieur agronome Faustin Litalema.
Concernant les services à offrir à ses membres, il y a l’Appui à l’acquisition d’équipements, matériels et intrants de production, le renforcement des capacités et compétences des producteurs. Il’sera aussi question d’assurer un suivi des itinéraires techniques de production, traitement, conditionnement et appui à la certification de semences graine de qualité. Sans oublier la commercialisation des semences.

Parmi les équipements, la COPROSEM, va disponibiliser une table « densimétrique » pour le tri automatisé des semences, le matériel de conditionnement et de manutention.

Il faut noter que pour devenir membre de la COPROSEM il faut être producteur agréé des semences. C’est quelcun qui dispose d’un champ qui répond aux normes de production semencière. Il faut avoir une capacité avérée dans la production de semences de qualité, accepter les textes statutaires de la Coprosem.

FROK
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *