Tshopo : La sénatrice Nikomba convainc les partenaires sud-coréens.

Tshopo : Les partenaires sud-coréens convaincus par la sénatrice Madeleine Nikomba Sabangu.

Sur initiative de l’honorable sénatrice Madeleine Nikomba, l’hôtel Pullman de Kinshasa a servi de cadre à des intenses travaux en faveur de la province de la Tshopo le mardi 13 et le mercredi 14 août 2019.

Dans le cadre de ses vœux les plus ardents exprimés devant les députés provinciaux en marge des élections sénatoriales ayant eu lieu le 15 mars 2019 à Kisangani, vœux qui recherchent le bien-être collectif des tshopolais, l’heure est au mariage de la parole à l’acte à travers des actions de grande envergure.

Sans atermoiements, hormis les interventions ponctuelles à travers la fondation MaNik, la sénatrice s’est lancée dans la recherche des partenaires pour attaquer ardemment les maux qui rongent la société tshopolaise, celle qui l’a vue naître.

Dans ses multiples voyages à l’étranger, à la recherche des partenaires, elle a pu convaincre les partenaires sud-coréens à venir investir dans au-moins trois secteurs : agriculture, infrastructures routières et énergie.

Déjà, le mardi 13 août 2019, les violons se sont accordés entre la sénatrice et les partenaires pour déjà se rendre à Kisangani la capitale de la Tshopo pour les études de prospection dans le domaine de l’agriculture.

Pendant ce temps, il fallait intéresser le gouverneur de province, premier bénéficiaire de l’action. C’est ce qui expliquera la visite de maître Walle Lufungula Louis-Marie à pullman hôtel.

Après des explications lui fournies, le premier citoyen tshopolais était épaté par la grandeur et la pertinence de ce partenariat qui rentre textuellement dans le cadre de son programme d’action. Il a dit, séance tenante, l’adhésion totale et l’accompagnement du gouvernement provincial pour l’aboutissement heureux dudit partenariat.

Un autre aspect très important est que tous ces pourparlers se déroulaient en présence de quelques membres du bureau de l’Assemblée provinciale et quelques députés provinciaux élus de cette partie de la république. Ce qui augure un très bel avenir de la grande province de la république en ces trois secteurs vitaux.

Dans un entretien téléphonique avec nous, la sénatrice a fait savoir qu’elle commence par l’agriculture pour favoriser l’autosuffisance alimentaire à Kisangani et dans les 7 territoires qui composent la province de la Tshopo. Plus est, Madeleine Nikomba Sabangu a rappelé que tout est agriculture ici sur terre, d’où, il est difficile de s’en passer. Pour manger, il faut l’agriculture, pour avoir les habits, il faut du coton, et pour avoir du coton, il faut l’agriculture, pour avoir du sucrée ou de la bière brassée, il faut entre autre du riz, du maïs, et pour en avoir, il faut l’agriculture, pour ne citer que ces trois exemples. Et donc, l’agriculture est au premier plan.

Ensuite, les infrastructures routières viendront en second lieu, car sans route, il sera impossible d’évacuer ces produits agricoles des champs ou des plantations vers les agglomérations rurales et les villes. Ce qui justifiera un coup d’œil et une intervention mérités sur le plan d’infrastructures routières a-t-elle ajouté.

Enfin, ce sera l’énergie . Pour l’honorable Madeleine Nikomba, sans énergie, le développement n’est que de nom. Aujourd’hui, la ville de Kisangani connaît un sérieux problème avec la descente aux enfers de la centrale hydroélectrique de la Tshopo dont les mégawatts n’arrivent plus à satisfaire les boyomais. D’où, il faudra voir quelles mesures faudra-t-il prendre, quelles stratégies faudra-t-il mettre en place pour rehausser la capacité de dessertes en électricité dans cette entité du pays, a conclu l’honorable sénatrice.

Dans un entretien avec le président de la société civile forces vives de la Tshopo sur ces contacts, c’est de la satisfaction la plus totale. David Yofemo Malomalo n’a pas tari d’éloges à la sénatrice Madeleine Nikomba pour avoir su sélectionner les vrais problèmes que connait la population de la Tshopo en général et celle de Kisangani en particulier.

Cap vers le concret pour un développement effectif.

Mbuyi Mukadi/Orientale Infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *