Bas-uele : La Dyfemir dénonce l’insécurité à Buta.

BAS-UELE : LA DYFEMIR DÉNONCE L’INSÉCURITÉ À BUTA.

La dynamique du groupe pour un Développement Integral, pour la défense des droits de la femme et de l’enfant en milieu rural monte au créneau pour dénoncer haut et fort l’insécurité au quotidien dont les habitants de la ville de Buta font l’objet, apprend la rédaction de depechesdelatshopo.com.
Dans un entretien avec notre média en ligne ce jeudi 1er août 2019, le secrétaire exécutif de la DYFEMIR Joly Faku énumère quelques cas d’illustrations:

  1. Un taximan tué à 17kilometres de BUTA
  2. Un corps trouvé sans vie ni tête aux environs de la ville l’axe route menant vers la localité de Maselebende,
  3. Un taximan poignardé à 3 kilomètres de la Ville route Kisangani …
  4. Le dernier qui a énervé la population, c’est celui d’un garçon de 16 ans trouvé ligoté de grand matin en plein centre ville à 20 mètres de la résidence du commissaire provincial de la PNC à proximité de la Rawbank agence de Buta.
    Ainsi, la Dyfemir demande aux autorités de s’impliquer totalement en organisant les patrouilles diurnes et nocturnes des éléments de la police nationale congolaise et appelle la population à collaborer étroitement avec les services de sécurité en vue de dementeller les réseaux à la base de son malheur.

FROK
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *