Tshopo : PIREDD/ MBKIS, les activités de terrain lancées dans le bassin de Kisangani.

TSHOPO : PIREDD/ MBKIS, LES ACTIVITÉS DE TERRAIN LANCÉES DANS LE BASSIN DE KISANGANI.

Les travaux de la première réunion du comité provincial de pilotage du Projet Intégré REDD+ dans le bassin de Mbuyi-Mayi/Kananga et de Kisangani (PIREDD/MBKIS) ont eu lieu ce vendredi 19 juillet 2019 au chef-lieu de la province de la tshopo. C’était également le lancement des activités dudit projet pour le bassin de Kisangani, note le reporter de depechesdelatshopo.com

Dans son intervention, le Secrétaire Général à l’Environnement et Développement durable,Benjamin Toïrambe a rappelé que la RDC a reçu, à travers la Banque Africaine de Développement, un don de 21, 5 millions de dollars américains dans le cadre du Programme d’Investissement pour la Forêt, l’un des mécanismes du Fonds d’Investissement pour le Climat, en vue de réduire la déforestation par des investissements sectoriels et habilitants dans les bassins de Mbuji-Mayi/ Kananga et de Kisangani.

Benjamin Toïrambe a ajouté que c’est depuis le mois d’avril 2015 que le PIREDD/MBKIS avait été lancé officiellement Tout en évoquant les résultats à atteindre par le PIREDD MBKIS pour le bassin de Kisangani. Il s’agit notamment de :

Pour la composante 1 « Appui à la gestion durable des forêts »:

  • au moins 2000 hectares de forêts naturelles du domaine protégé délimités ;
    -2000 hectares des micro-boisements territoriaux mis en place et entretenus pendant la durée du projet ;
  • 3000 plantations pures d’essences à croissance rapide mises en place et entretenues;
  • 1000 hectares des forêts secondaires mises sous régime de régénération naturelle assistées ;
  • 4 pépinières micro-entrepreneurs formés ;
    20 fabricants locaux semi-industriels pour la fabrication de modèle homologué pour une production standard formés et équipés pour produire des foyers;
  • 1000 formateurs des charbonniers formés en méthodes de carbonisation améliorée avant la fin du projet ;
  • au moins 50% des ménages des centres urbains utilisent du charbon durable avec des foyers améliorés vulgarises;
  • 40 groupements/ associations forestiers et agroforestiers de femmes formés en sylviculture, arboriculture fruitière, récolte et conservation de champignons alimentaires, culture de chenilles,…;
  • 25 cadres des ministères techniques de la province ont reçu des formations et sont recyclés en planification participative, en gestion des projets, en inventaires forestiers, en supervision des travaux, en informatique, en concept genre et en gestion de l’environnement.

Concernant, la composante 2, « Appui à l’agriculture durable et sécurisation foncière »:

  • Au moins 2000 hectares des plantations agroforestieres avec des essences à croissance rapide et ameliorante sont développées ;
  • au moins 2500 hectares de superficie agricole sont intensifiés avec des spéculations agricoles pertinents inventoriés ;
  • au moins 80% des producteurs des sites du projet adoptent les itinéraires techniques agricoles pertinents inventoriés ;
  • appui technique sur les parcelles de cultures à plus ou moins 2500 exploitants agricoles ;
  • au moins 16 sites de 80 apiculteurs produisent et commercialisent miel,…

Le Coordonnateur National du Programme d’investissement pour la Forêt (PIF) Clément vangu
a quant à lui rappelé l’objectif du projet qui est de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts tout en luttant contre la pauvreté.

Le gouverneur de la province de la tshopo représenté par son directeur de cabinet Joseph Tofendo qui a présidé les travaux a révélé l’engagement du gouvernement provincial à renforcer la gouvernance forestière et à lutter contre la pauvreté en apportant des scénarios originaux permettant de lutter contre la diminution de la superficie couverte par la forêt et en organisant une récolte responsable des ressources naturelles. Pour y arriver, les efforts devront être déployés aussi bien par le ministère provincial de l’environnement que par l’ Agences Locales d’Exécution du projet PIREDD /MBKIS.

A noter que le PIREDD /MBKIS est un projet su Gouvernement congolais mis en oeuvre par le Ministère de l ‘Environnement et Développement Durable à travers l’Unité de Coordination du Programme d’investissement pour la Forêt (UC-PIF) avec l’appui de la BAD.

En ce qui concerne le bassin de Kisangani,les activités seront exécutées par le groupement OCEAN- OSAPY- ADIKIS à Banalia,opala, luduya-Bera ainsi que dans la réserve de Masako sous la supervision de la Coordination Provinciale de PIREDD/ MBKIS KIsangani.

FROK.
Les dépêches de la tshopo.
+243 81 270 61 15.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *