LA POPULATION S’OPPOSE À L’ERECTION DU NOUVEAU CIMETIERE

ISANGI: LA POPULATION S’OPPOSE À L’ERECTION DU NOUVEAU CIMETIERE

Deux blessés par balle et une dizaine d’agents de l’Etat passés à tabat le mardi dernier dans le territoire d’Isangi. C’est le bilan de la manifestation de la population en colère de trois villages du groupement Nkeleli (3 km au sud d’Isangi). Elles s’opposent au projet d’érection d’un nouveau cimetière pour la cité d’Isangi. Choix fait au terme de la consertation organisée par l’administrateur ad intérim du territoire avec les notables de ces localités le samedi dernier.
Ils ont decidé de depecher une équipe de techniciens pour s’imprégner de réalités des sites indiqués par les chefs coutumiers. Une foule de la population débarque sur le lieu et s’y oppose. C’est la débandade qui s’en suivra. Alertée, l’autorité locale envoie les éléments de la police sur le liieu pour tenter de libérer les agents pris en otage. Les éléments de la police font usage des tirs de sommation en l’air. Ils ont réussi à libérer les otages de mains des populations en colère. Il y a eu des blessés internes à l’hôpital.
Le matin de mardi 4 septembre, plusieurs familles ont passé nuit dans la brousse après ces incidents. L’administrateur a.i a fait le déplacement du lieu.
Les habitants de ces villages disent que les sites indiqués pour l’érection du nouveau cimetière, sites qui abritent leurs champs. Le chef de groupement Nkeleli contredit ces villageois en affirmant plutot que ces endroits étaient occupés par leurs ancêtres et n’appartiennent à aucune famille. A l’époque de la 2e republique, (MPR « mouvement populaire de la révolution) ces sites servaient de champs pour les militants du parti au pouvoir. Le chef lieu du territoire Isangi est à la recherche d’un nouveau site pour enterrer les morts.
Il convient de noter que l’actuel site du cimetière d’isangi centre est envahi par des constructions des privées. Les morts sont superposés dans les anciennes tombes.
Les services des affaires foncières et cadastre sont pointés du doigts d’avoir vendu aux particuliers cet espace destiné pour le repos d’éternité.
Il se pose toujours un conflit de terres entre les communautés Lokeles habitant le long du fleuve Congo menacées par l’érosion et qui veulent occuper les terres occupées par les communautés de tribu Topoke qui se trouveraient derrière et qui résistent farouchement. Plusieurs cas d’affrontement sont enregistrés par le passé. Le dernier du genre remonte il y une semaine entre le village Yaongowa Lokele et Yatamba Topoke suite à un espace dans lequel les gens de Yaongowa ont construit une école.

Élie Trésor Lobanga.

2 thoughts on “LA POPULATION S’OPPOSE À L’ERECTION DU NOUVEAU CIMETIERE

  1. L’État de l’avachissement et spoliation de la concession située au village Keleli à 3 km d’isangi, par les habitants, un centre dominé par le peuple Lokele, pour l’érection d’un cimetière nécessite pour NS une véritable réflexion sur le plan humanitaire. En effet, selon plusieurs sources le Topoke et Lokele sont de frères. L’aîné est Topoke du vrais nom Eso et le cadet Lokele du vrais nom Foto. Sont des enfants d’un même père et du même mère. Comment ces enfants ont des oncles différents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *